Les couleurs du temps

Voici les fichiers MP3 qui vous permettront de revisiter le chant Voix par voix avec les paroles . Le fichier Tutti reprend toutes les voix égales, les fichiers soprano, alto et hommes vous permettent de revoir votre voix seule et les fichiers "plus" de redécouvrir votre voix avec les  autres voix en accompagnement. 

A la suite vous trouverez les fichiers MUS préparés par Sylvie.

 

"Les couleurs du temps", avec  cette chanson nous pouvons apprécier

 

  l'âme de poète de Guy Béart.

 

"Les Couleurs Du Temps " fait partie de l’album de Guy Béart "Couleurs du Temps", édité pour la première fois en 1973.

Vos voix en numérique:

(allegro: blanche=80)

Tutti:

Soprano:

Alto:

Hommes:

Soprano plus:

Alto plus:

Hommes plus:

 

 

Les fichiers MUS de Sylvie:

 

Les couleurs du temps 3 voix tuttiLes couleurs du temps 3 voix tutti (1022.04 Ko)

Les couleurs du temps sLes couleurs du temps s (2.88 Mo)

Les couleurs du temps sdLes couleurs du temps sd (2.89 Mo)

Les couleurs du temps aLes couleurs du temps a (2.89 Mo)

Les couleurs du temps 3 voix adLes couleurs du temps 3 voix ad (1015.92 Ko)

Les couleurs du temps 3 voix hLes couleurs du temps 3 voix h (1016.33 Ko)

Les couleurs du temps 3 voix hdLes couleurs du temps 3 voix hd (1017.55 Ko)

 

Paroles:

I

La /mer est en /bleu, en-tre /deux ro-chers /bruns,
Je /l'au-rais ai-/mée en o-/ran-ge. /
Ou /même en arc-/en-ciel,
com-/me les em-/bruns, é-/tran-/-/ge. /

 

Je-/vou-drais chan-/ger les cou-/leurs du /temps,
chan-/ger les cou-/leurs du /mon-de /
Le /so-leil le-/vant, la /ro-se des /vents,
le /sens où tour-/ne-ra ma /ron-/de.

Et /l'eau d'u-ne /larme et /tout l'o-cé-/an qui /gron-/-/de. / /

 

J'ai bros-/sé les /rues et les /bancs, /
pa-ré les /vil-/les de ru-/bans, /
peint la /tour Eif-/fel ro-se /chair,
ma-ri-/é le mé-/tro à la /mer. /

 

II

Le /ciel est de /fer en-tre /deux che-mi-/nées.
Je /l'au-rais ai-/mé vi-o-/li-ne. /
Ou /même en arc-/en-ciel,
com-/me les fu-/mées de /Chi-/-/ne. /

Je-/vou-drais chan-/ger les cou-/leurs du /temps,
chan-/ger les cou-/leurs du /mon-de /
Le /so-leil le-/vant, la /ro-se des /vents,
le /sens où tour-/ne-ra ma /ron-/de. 
et /l'eau d'u-ne /larme et /tout l'o-cé-/an qui /gron-/-/de / /


Je suis /de tou-/tes les cou-/leurs, /
et sur-tout /de /cel-les qui /pleurent. /
la cou-/leur que /je por-te, /
c'est sur-tout /cel-le qu'on /veut ef-fa-/cer. /

 

III

Et /tes che-veux /noirs, é-touf-/fés par la /nuit,
je /les vou-drais /mul-ti-co-/lo-res, /
Comme /un arc-en-/ciel qui en-/flam-me
la /pluie d'au-/ro-/-/re. /

Je-/vou-drais chan-/ger les cou-/leurs du /temps,
chan-/ger les cou-/leurs du /mon-de /
Les /mots que j'en-/tends se-/ront é-cla-/tants,
et /nous dan-se-/rons u-ne /ron-/de,
u-/ne ron-de /brune et /rouge et sa-/fran et /blon-/ /de. / /

Guy Béart

Guy Béart de son vrai nom Guy Béhart-Hasson est né le au Caire et mort le à Garches (Hauts-de-Seine). C' est un auteur-compositeur-interprète français, également auteur, producteur et présentateur-animateur d'émissions télévisées. Il est le père de l’actrice Emmanuelle Béart.

 Guy Béart grandit dans différentes villes d'Europe et du Mexique — le travail de son père, comptable participant à la création d'entreprises, nécessitant des déplacements fréquents —, puis au Liban, où il fait ses études secondaires, entre dix et dix-sept ans, âge auquel il obtient son baccalauréat français en mathémathiques élémentaires au Collège international de Beyrout, avant de partir pour Paris.

Inscrit à l'École nationale de musique de Paris, il s'y initie à plusieurs instruments (comme le violon ou la mandoline). Il suit parallèlement les cours du lycée Henri-IV en classes préparatoires, maths sup et maths spé. Il est ensuite reçu à l'École nationale des ponts et chaussées, d'où il sort en 1952 avec un diplôme d'ingénieur et débute au bureau d'études de l'entreprise Sainrapt et Brice, et dirige notamment la construction d'un pont à Maxéville (près de Nancy) pour l'accès aux carrières Solvay.

Guy Béart se lance dans la chanson à partir de 1954, dans les cabarets parisiens de la Rive gauche, notamment La Colombe de Michel Valette ou Les Trois Baudets de Jacques Canetti, qui le fait signer sur son label de musique Philips en 1957. Il y chante Bal chez Temporel, dont les paroles adaptent le poème Le Tremblay d'André Hardellet.

Portrait dessiné de Guy Béart réalisé en par Michel Bourdais lors des enregistrements des émissions télévisées Bienvenue chez Guy Béart.

Ce premier succès, qui lui apporte dès 1958 le Grand Prix du disque de l'Académie Charles-Cros, sera suivi de nombreux autres, comme L'Eau vive et Qu'on est bien (1958), Les Grands Principes (1965), Le Grand Chambardement (1967), La Vérité (1967), devenus des classiques. Il enregistre ensuite deux albums de chansons françaises traditionnelles, dont Vive la rose. Il écrit pour de nombreux artistes (Patachou, Zizi Jeanmaire, Juliette Gréco, qui chante Chandernagor et Il n'y a plus d'après).

Devenu producteur et animateur sur la première chaîne de l'ORTF, dans son émission de talk show Bienvenue chez Guy Béart, il reçoit à partir de 1966 nombre d'artistes et de personnalités de l'époque, dont Duke Ellington ou Simon et Garfunkel.

Un cancer l'éloigne de la scène pendant plusieurs années, mais il revient en 1986, avec un titre plein d’espoir, Demain je recommence. La même année, il participe à l'émission Apostrophes où il s'accroche avec Serge Gainsbourg sur la question de la chanson comme art majeur ou art mineur dans une altercation célèbre.

L'année suivante, il publie chez Robert Laffont L'Espérance folle, livre dans lequel il évoque sa maladie. Il reçoit le prix Balzac.

En pleine guerre du Liban, en , il retourne à Beyrouth sur les lieux de son enfance où il découvre, très affecté, un champ de ruines. Il y chante la chanson Liban libre qu'il a écrite et composée spécialement, et participe à une manifestation organisée en France en faveur de la paix.

En 1994, il est distingué par l'Académie française, qui lui décerne la grande médaille de la chanson française (médaille de vermeil) pour l'ensemble de ses chansons.

Jusqu'en 1999, date à laquelle il revient sur la scène de Bobino, il donne des concerts, enregistrés et édités dans un album double simplement intitulé En public....

.

      Beart

Le , Guy Béart donne le dernier concert de sa carrière à l'Olympia, avec seulement trois musiciens à ses côtés dont Roland Romanelli. Le spectacle dure quatre heures, ponctué d'anecdotes entre deux chansons. Plusieurs invités montent sur scène, dont Julien Clerc – qui interprète la chanson Vous – et la fille de Guy Béart, Emmanuelle Béart.

Guy Béart, victime d'une crise cardiaque, fait une chute dans la rue le , à Garches (Hauts-de-Seine). Il ne peut être ranimé.

Il est inhumé au cimetière communal de Garches, le dans l'intimité familiale, en présence de certaines personnalités dont son ami Hugues Aufray, Alain Souchon, Laurent Voulzy et Laurent Gerra.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 29/02/2020