La nuit

L'Hymne à la nuit est une harmonisation due à Joseph Noyon (1888-1962) d'un thème de l'opéra de Jean-Philippe Rameau Hippolyte et Aricie, créé en 1733 (duo des Prêtresses de Diane, « Rendons un éternel hommage ».
Les paroles de l'Hymne à la nuit ont été écrites par le compositeur Édouard Sciortino (1893-1979).
Cette musique a été popularisée auprès du grand public par le film Les Choristes.

Paroles:

O Nuit, qu'il est profond ton silence,

Quand les étoiles d'or scintillent dans les cieux.

J'aime ton manteau radieux.

Ton calme est infini, ta splendeur est immense.

Ton calme est infini, ta splendeur est immense.

O Nuit, toi qui fais naître les songes,

Calme le malheureux qui souffre en son réduit.

Sois compatissante pour lui.

Ecarte de son coeur le souci qui le ronge. 

Ecarte de son coeur le souci qui le ronge. 


Avec deux demi-tons en moins: (Pour la Chorale des Ducs):

Tutti:

Soprano:

Alto:

Hommes:

Paroles:

O Nuit, qu'il est profond ton silence,

Quand les étoiles d'or scintillent dans les cieux.

J'aime ton manteau radieux.

Ton calme est infini, ta splendeur est immense.

Ton calme est infini, ta splendeur est immense.

 

O Nuit, toi qui fais naître les songes,

Calme le malheureux qui souffre en son réduit.

Sois compatissante pour lui.

Ecarte de son coeur le souci qui le ronge. 

Ecarte de son coeur le souci qui le ronge. 

 

Vos voix en numérique:(tonalité normale)

Tutti:

Soprano:

Alto:

Homme:

autres paroles:

Ô nuit ! Qu'il est profond ton silence
Quand les étoiles d'or scintillent dans les cieux
J'aime ton manteau radieux
Ton calme est infini
Ta splendeur est immense

Ô nuit ! Toi qui fais naître les songes
Calme le malheureux qui souffre en son réduit
Sois compatissante pour lui.
Prolonge son sommeil, prends pitié de sa peine
Dissipe la douleur, nuit limpide et sereine.

 

Ô Nuit ! Viens apporter à la terre
Le calme enchantement de ton mystère.
L'ombre qui t'escorte est si douce,
Si doux est le concert de tes voix chantant l'espérance,
Si grand est ton pouvoir transformant tout
en rêve heureux.

Ô Nuit ! Ô laisse encore à la terre
Le calme enchantement de ton mystère.

L'ombre qui t'escorte est si douce,
Est-il une beauté aussi belle que le rêve ?
Est-il de vérité plus douce que l'espérance ?

Jean-Philippe Rameau

Rameau

Jean-Philippe Rameau est un compositeur français et théoricien de la musique, né le à Dijon et mort le à Paris.

L'œuvre lyrique de Rameau forme la plus grande partie de sa contribution musicale et marque l'apogée du classicisme françaisnote 1, dont les canons s'opposèrent avec force à ceux de la musique italienne jusque tard au cours du XVIIIe siècle. Dans ce domaine, la création la plus célèbre du compositeur est l'opéra-ballet Les Indes galantes (1735). Cette partie de sa production est restée oubliée pendant près de deux siècles, mais bénéficie aujourd'hui d'un mouvement incontestable de redécouverte. Ses œuvres pour clavecin, en revanche, ont toujours été présentes au répertoire : Le Tambourin, L'Entretien des Muses, Le Rappel des Oiseaux, La Poule, entre autres pièces connues, furent jouées au XIXe siècle (au piano) à l'égal de celles de Bach, Couperin ou Scarlatti.

Rameau est considéré comme l'un des plus grands musiciens français et comme le premier théoricien de l'harmonie classique : ses traités d'harmonie, malgré certaines imperfections, font toujours figure de référence.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 03/02/2019