La mer

Voici les fichiers MP3 qui vous permettront de revisiter le chant Voix par voix avec les paroles . Le fichier Tutti reprend toutes les voix égales, les fichiers soprano, alto et hommes vous permettent de revoir votre voix seule et les fichiers "plus" de redécouvrir votre voix avec les  autres voix en accompagnement. 

A la suite vous trouverez les fichiers MUS préparés par Sylvie.

Vos voix en numérique:

Tutti:

Soprano:

Alto:

Hommes:

Soprano plus:

Alto plus:

Hommes plus:

Paroles:


La /mer, / qu'on voit dan---/ser le /long des golfes   /clairs /

a des re--/flets d'argent,  la /mer, /

des reflets  chan-/geants sous  la /plui-/e
 

La /mer, / au ciel  d'é-/té con-/fond ses blancs mou---/tons /

a-vec les  /anges si purs, la /mer,-/

-bergère   d'a-/zur, infi-/ni-/e

vo-/yez / près des é-/tangs, ces /grands roseaux mouil---/lés /

vo-/yez, / ces oiseaux  /blancs et /ses mai-sons rouil--/lées /

la /mer, / les a ber-/cés le /long des golfes   /clairs /

et d'une chan---/son d'a-mour, la /mer, /

a ber-cé mon /coeur pour la /vi--/--/e /  /

 

 

Les fichiers MUS de Sylvie

La mer tuttiLa mer tutti (1.45 Mo)

La mer sopLa mer sop (1.45 Mo)

La mer altoLa mer alto (1.45 Mo)

La mer hommesLa mer hommes (1.45 Mo)

La Mer est une chanson culte de Charles Trenet avec la collabration d'Albert Lasry pour la musique...

Charles Trenet, né le 18 mai 1913 à Narbonne (Aude),  est un auteur-compositeur-interprète français. Surnommé « le Fou chantant », il est l'auteur de près de mille chansons à l'inspiration souvent poétique, dont certaines, comme La Mer, Y'a d'la joie, L'Âme des poètes, Ménilmontant ou encore Douce France, demeurent des succès populaires intemporels, au-delà même de la francophonie.

Libéré du service militaire en décembre 1937, il commence véritablement sa carrière en solo par une première séance d'enregistrement chez Columbia : Je chante et Fleur bleue. En janvier 1938, Trenet grave Y'a d'la joie et se réapproprie « son » œuvre par la même occasion. En mars 1938, grâce à Emile Audiffred et Mitty Goldin, vient son premier grand triomphe sur la scène d'un music-hall, à l'A.B.C.. Il chante également au micro de Radio Cité, notamment le titre Boum !, pour lequel il reçoit sa première consécration : le grand prix du disque de l'Académie Charles-Cros. Il se lie d'affection pour le jeune poète-chansonnier Gabriel Arnaud dont il soutient l'édition du premier roman Le Paroissien - Roman Picaresque.

En 1938, il tourne en vedette dans les films La Route enchantée et Je chante.

Trenet 1

 

Trenet 2

En 1944, il est dénoncé dans le journal Je suis partout pour sa ressemblance avec « le juif Harpo Marx » ... En fuyant la Gestapo, il est blessé par des agents d'une balle dans la jambe. Hospitalisé, il doit retourner chez sa mère pour trouver les papiers qui prouvent sa « non-judéité » sur quatre générations, réfutant ainsi ces assertions, ce qui lui vaut de ne plus être inquiété par la Gestapo.

Trenet évoque cette période de l'Occupation dans deux chansons, Jeunesse plumée, écrite en 1962 et Nous, on rêvait, écrite en 1992. Il admet que cette sombre période a tari son inspiration : selon lui, ses œuvres postérieures à la guerre n'ont plus la fraîcheur et l'insouciance de ses premiers refrains.

N'aimant pas son visage poupin, il se crêpe les cheveux, visse sur sa tête un chapeau de feutre mou rabattu en arrière, s'habille avec un complet-veston bleu et plante un œillet rouge à sa boutonnière : le « Fou chantant » entame dès lors une longue tournée internationale qui le conduit en Angleterre, en Espagne, en Italie, au Maroc, en Grèce, en Turquie et en Égypte.

La Seconde Guerre mondiale éclate et Trenet est mobilisé. Les journaux annoncent même officiellement sa mort !

Pendant l'Occupation, Trenet se consacre essentiellement au cinéma et joue dans six films dont Je chante, Romance de Paris et Adieu Léonard. Écrit par Jacques Prévert en collaboration avec son frère Pierre et réalisé par ce dernier, Adieu Léonard est le seul de ces films à rester dans la mémoire des cinéphiles. Sa carrière cinématographique prend fin avec la fin de la guerre.

À partir de 1941, il chante à Paris aux Folies Bergère, où il interprète des chansons telles qu'Espoir – « Tous les jours noirs ont leurs lendemains » – et Douce France, dont la salle reprend le refrain comme un hymne de la résistance, la chanson étant un soutien moral aux « expatriés de force » et non un acte de collaboration. Trenet dénonce son contrat au bout de quatre jours, lorsqu'il découvre dans le public la présence de soldats allemands.

En1954, Trenet rentre à Paris où le public ne l'a pas oublié. Ses nouveaux succès comme "La Mer", écrite dans le train entre Perpignan et Montpellier confortent sa notoriété. D'autres grandes chansons datent des années 1950 : "La Folle Complainte" – bien que d'un aspect extravagant, l'une de ses œuvres parmi les plus riches –, "Moi j'aime le Music Hall"  et "L'âme des poètes".

Son dernier concert a lieu, en novembre 1999, salle Pleyel à Paris, où il donne trois récitals, chantant assis.

Fatigué, Charles Trenet se retire chez lui, où deux accidents cardio-vasculaires successifs l'épuisent. Transporté à l'hôpital de Créteil de Créteil, il meurt le 19 février 2001, à l'âge de quatre-vingt-sept ans.

 

Trenet 3

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 23/02/2020