Berceuse cosaque

Dans cette ancienne poésie russe (à priori, de Mikhaïl Iourievitch Lermontov, 1814-1841), il faut endormir l’enfant avant de partir combattre de terribles Tchétchènes. Les versions en français sont édulcorées, portées par une très belle mélodie et de nombreux arrangements à plusieurs voix 

 

Berceuse paroles françaises

« Doucement s’endort la terre
Dans le soir tombant
Ferme vite tes paupières
Dors petit enfant.

 

Fais dodo, paupières closes
Dors, mon bel enfant,
Sur ton lit, la lune pose
Son regard apaisant.

Je vais te dire une histoire
Ferme tes beaux yeux,

J'ai pour toi dans ma mémoire
Des récits merveilleux.

 

Le Térek, de roche en roche,
Coule en bouillonnant.

Caché sur la rive proche,

Glisse un homme en rampant.

 


Mais ton père est brave et rude,

C'est un vieux soldat.
Fais dodo sans inquiétude,
Pour lui ne tremble pas.
 

Pour les alti

« Doucement dort la terre
Dans le soir, le soir tombant
Ferme vite tes paupières
Dors petit enfant.

 

Fais dodo, paupières closes
Dors, mon bel, mon bel enfant,
Sur ton lit, la lune pose
Son regard apaisant.

Je vais te dire une histoire
Ferme tes yeux, ferme tes beaux yeux,
J'ai pour toi dans ma mémoire
Des récits merveilleux.



Le Térek, roche en roche,

Coule en bouill- en bouillonnant.
Caché sur la rive proche,
Glisse un homme en rampant.


Mais ton père est brave et rude,
C'est un vieux, un vieux soldat.
Fais dodo sans inquiétude,
Pour lui ne tremble pas.
 

 

Vos voix en numérique:

Tutti: 

Vos voix seules:

Soprano: 

Alto: 

Basse: 

Vos voix accompagnées:

Soprano: 

Alto: 

Basse: 

En russe (début du texte )

Spiy mladyenets, moï prekrasný,
Bayushki bayu,
Tikho smotrit myes yats yasný
Fkolýbyel tvayu.

Stanu skazývat’ ya skazki,
Pyesenki spayu,
Tý-zh dremli, zakrývshi glazki,
Bayushki bayu.

 

tutti:

Soprano:

Alto:

Basse:
 

 

Le Térek

Le Térek (en russeТерек ) est l'un des principaux fleuves du Caucase, d'une longueur de 623 kilomètres. Il coule sur les territoires de la Géorgie et de la Russie.
Capture terek 1       Capture terek

Bassin du Térek

Le Terek prend sa source dans un glacier au sud-ouest du mont Kazbek, près de son sommet, dans le nord de la Géorgie, à 4 267 m d'altitude, et coule ensuite vers le nord. Il franchit peu après la frontière russe au niveau de l'Ossétie du Nord dont il traverse la capitale Vladikavkaz. Il se dirige ensuite vers l'est et arrose la Tchétchénie puis le Daghestan, avant de se diviser en deux branches qui se jettent dans la mer Caspienne. En aval de la ville de Kizliar, il forme un immense delta de plus ou moins 100 km de large.

Le Terek est d'une importance capitale pour les régions traversées. Dans son cours inférieur, il traverse des régions fort peu arrosées naturellement, où ses eaux sont utilisées pour l'irrigation. Plus en amont et dans son parcours de montagne, il recèle un important potentiel hydroélectrique encore peu utilisé. Plusieurs centrales mineures sont construites sur le fleuve, telles celle de Dzaou (à Vladikavkaz), de Bekanskaïa et de Pavlodolskaïa.

Capture source terek  Capture terek 2

                                                                                                                                    Le Térek traverse la ville de Vladikavkaz

 

 

Les Cosaques du Térek

La communauté militaire des Cosaques russes du Térek a été formée en 1577 par des cosaques libres russes venus de la Volga vers le fleuve Térek, dans des territoires des principautés koumykes, sous protectorat russe.

Installés initialement sur la rive gauche au nord du Terek, ils passent au XVIIe et XVIIIe siècle sur la rive droite dans la plaine koumyke. Ce déplacement avait pour objectif d'une part d'échapper au contrôle grandissant de la part de l'Empire russe, d'autre part il s'agissait de contrer les attaques des montagnards en y érigeant des bourgs fortifiés.

Pendant la guerre caucasienne du XIXe siècle les cosaques du Terek défendaient les villages, les forteresses militaires et les voies de communication russes contre les raids des peuples montagnards. En 1832 ils sont organisés en cinq des dix régiments des Cosaques de la ligne du Caucase. En 1860 leur territoire devient l’Oblast du Terek avec pour capitale Vladikavkaz.

Comme la plupart des cosaques, les cosaques du Terek se sont trouvés des deux côtés du conflit pendant la guerre civile russe de 1917-1922, mais la majorité des Cosaques du Terek luttaient d'abord contre les bolcheviks.

En 1920, certains des Cosaques du Terek ont été expulsés par les bolcheviks vers l'Ukraine et la Russie européenne nordique. Les peuples de montagnes ont été encouragés à s'emparer des villages des cosaques (stanitsas), qui ont perdu une partie considérable de leur population. Le territoire des Cosaques du Terek a été scindé en républiques socialistes soviétiques autonomes de Daghestan, de Tchétchénie-Ingouchie et d'Ossétie du nord.

En 1991-1994 les cosaques du Terek étaient soumis aux répressions du régime de Doudaïev, qui s'est emparé du pouvoir en Tchétchénie. Les raïons de Nadteretchni, Naourski et Chelkovskoï de la République de Tchétchénie ont perdu pratiquement en intégralité la population traditionnelle de Cosaques. La plupart des Cosaques s'opposèrent aux nationalistes tchétchènes pendant les deux guerres de Tchétchénie.

Aujourd'hui, la majorité d'entre eux souhaitent l'institution, dans le Nord Daguestan et deux régions du Nord de la Tchétchénie, d'une région spécifique pour les cosaques du Terek.

 

Capture cosaque 2

Capture cosaque

Cosaque du Térek (timbre russe de 2010)

par le Trio Topaze

trio topaze 1 :berceuse cosaque

Berceuse cosaque

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 03/02/2019