File la laine

I

Dans la chanson de nos pères,

Monsieur de Malborough est mort.

Si c'était un pauvre hère,

on n'en dirait rien encore,

Mais la Dame à sa fenêtre,

pleurant sur son triste sort

Dans mille ans , deux mille peut-être

se désolera encore.

II

Hénins aux rubans de soie,

chanson bleue des troubadours,

Regret des festins de joie

ou fleur du joli tambour,

Dans la grande cheminée

s'éteint le feu de bonheur

Car la Dame abandonnée

ne retrouvera son coeur.

III

Croisés des grandes batailles,

sachez vos lances manier.

Ajustez cottes de maille,

armures et boucliers .

Si l'ennemi vous assaille,

gardez-vous de trépasser

Car derrière vos murailles

on attend sans se lasser.

 File la laine, file les jours,
Garde ma peine et mon amour,
Livres d'images des rêves lourds
Ouvre la page à l'éternel retour.

Voix numériques:

Tutti:        

Soprani:    

Alti:          

Tenors:     

Basses:     

 

  • Pour le côté pittoresque, j'ai retrouvé deux commentaires édifiants, datant de quelques années, mais toujours d'actualité !

    Bonjour Je suis Robert Marcy, et je "tombe" sur le site nicedays. Touché que vous aimiez FILE LA LAINE Moi j’ai écrit : "File la laine File les jours" .Le pluriel est possible mais moins poétique ... J’ai écrit aussi "Chansons bleues de troubadours" A part ça, vous avez les bonnes paroles. Si vous en avez la possibilité - et l’envie- vous pouvez diffuser l’info. File la laine est éditée par WARNER CHAPPELL MUSIC 29 av. Mac Mahon 75017 Paris Bien cordialement Robert

    Je suis ténor modeste dans une chorale amateur qui vient d’aborder avec bonheur File la Laine. Notre chef de choeur propose qu’on chante chaque vers des couplets en soliste... Oserai-je ?
    Comme beaucoup, je croyais que c’était une vieille chanson française popularisée par Jacques Douai et j’ai découvert ici qu’elle avait été écrite et composée en 1949 par Robert Marcy, sur qui je n’ai pas trouvé beaucoup d’information.

 

 

220px robert marcy septembre 2011

Robert Marcy (2011)

Robert Marcy

Robert Marcy est un acteur et metteur en scène français, né Robert Marx le 4 juillet 1920 à Paris. Il est également auteur et compositeur de chansons.

Issu d’une famille juive dont on trouve trace dès le XVIIe siècle en Moselle, puis à Paris sous la Révolution, il compte dans sa parenté la grande tragédienne Rachel. En 1961, à la suite d’un long cheminement intérieur - et avec l’accompagnement du Révérend Père Ambroise-Marie Carré, alors aumônier des artistes – il demande le baptême catholique...Il est marié à la comédienne Denise Bosc, ex-pensionnaire de la Comédie-Française. Ils ont deux fils : Christophe Marx, médecin, et le comédien Renaud Marx.
Robert Marcy obtient sa licence en droit pour respecter une prescription paternelle, mais consacre sa vie au théâtre. Il fait aussi quelques incursions notoires dans la chanson et dans la radio. Il est Chevalier des Arts et Lettres. Il doit sa formation d’acteur à Charles Dullin dont il est l’élève pendant deux ans au Théâtre de l’Atelier, ainsi qu’à Louis Jouvet dont il suit l’enseignement dans sa classe au Conservatoire en qualité d’auditeur régulier.

La décennie qui suit son retour à Paris après guerre lui fournit de multiples expériences d’acteur. En 1957 il fonde avec Denise Bosc une compagnie théâtrale dont ils sont les animateurs, les protagonistes et souvent les metteurs en scène.
En 1959, le GAP franchit une étape avec L’École des femmes de Molière.
âtrale, le Groupe Artistique de Paris (GAP) dont ils sont à la fois Robert Marcy y joue Arnolphe et signe une mise en scène propre à inspirer la plus vive méfiance au Paris théâtral d’alors : l’action est située au XXe siècle dans une petite ville de France. « Une soirée à ne manquer sous aucun prétexte » écrit Claude Sarraute. Bertrand Poirot-Delpech publie une critique dithyrambique dans Le Monde.

220px marcy robert 1991

Robert Marcy sur scène (2007)

 Le GAP privilégiera cependant les ouvrages inédits. Il s’attachera également à la mise en scène d’œuvres dont l’auteur n’est pas précisément dramaturge. Ainsi Péguy en 1962 et 1969, Bernanos en 1980 et 1989. De même Flaubert, à travers son propre personnage : un dialogue puisé exclusivement dans la correspondance Gustave Flaubert - George Sand a été construit, dans le respect du texte, pour produire sur scène un authentique duo entre les deux écrivains. Intitulé «Troubadours de pendule », ce spectacle composé et joué par Denise Bosc et Robert Marcy est représenté pour la première fois en 1983. Jean-Jacques Gautier dans le Figaro Magazine constate : « Ils sont là. On les voit vivre, on les entend s'exprimer». Dans France-Soir, François Chalais conclut : « Heureux public ! ».

 

 

Robert Marcy - File la laine

 

 

Lauréat de la SACEM (Prix René-Jeanne 1982), il se fait connaître comme auteur-compositeur. Les plus connues de ses chansons lui doivent à la fois paroles et musique : La Queue du chat (1947), l’un des succès des Frères Jacques, ainsi que File la laine (1948) popularisée par Jacques Douai. Cette ballade d’allure ancienne qui a désormais franchi les frontières est souvent attribuée par erreur à la tradition médiévale.

Lorsqu'il n'en est pas le parolier, il est toujours le compositeur de ses chansons. Il collabore alors avec des auteurs tantôt inconnus, tantôt reconnus: Pierre Delanoë, Jean Cosmos, Henri Kubnick, Bernard Michel, Robert Gall, André Salvet ou Frank Gérald...

Il interprète ses chansons dans les cabarets de Paris de 1949 à 1959 : L’Échelle de Jacob, La Fontaine des Quatre Saisons, Le Lapin Agile, La Colombe, Le Quod libet chez Francis Claude, chez Suzy Solidor, Micheline Grandier, Agnès Capri, Jean Rigaux, etc.

Quelques vidéos

Robert Marcy - File la laine - illustrations au rouet

File la laine

Griselidis "File la laine" St Guilhem le Désert

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 02/10/2017