Sakura

Chanson populaire traditionnelle du Japon

SAKURA      さくら

Cerisiers, belles fleurs,
Sur les pentes et dans la prairie
Tu embaumes et tu embellis,
Sur la brume légère
Brille le soleil du matin
Cerisiers, belles fleurs,
Fleurissent pour nous.

Cerisier du japon

SAKURA      さくら

sakura sakura
noyama mo sato mo
mi-watasu kagiri
kasumi ka kumo ka
asahi ni niou
sakura sakura
hana zakari


sakura sakura
yayoi no sora wa
mi-watasu kagiri
kasumi ka kumo ka
nioi zo izuru
izaya izaya
mini yukan

 

 

 

SAKURA Traduction

Cerisiers, cerisiers,
Sur les collines verdoyantes et les montagnes
Aussi loin qu'on peut voir.
Est-ce du brouillard ou des nuages ?
Parfum dans le soleil du matin.
Cerisiers, cerisiers,
Fleurs en pleine floraison.

Cerisiers, cerisiers,
À travers le ciel de printemps,
Aussi loin qu'on peut voir.
Est-ce du brouillard ou des nuages ?
Parfum dans l'air.
Viens maintenant, viens,
Regardons enfin !

 

 

 

Voix numériques
Tutti  Soprano 
Alto   

 

                  Tenor    Basse 

Piano de Rachel
Soprano
       Alto

Tenor        Basse

Carte du Japon

Le Fujiyama

Paysage

Le château Himeji

Jardin Zen

Fleur de Sakura

 

Sakura sakura (さくら さくら), signifiant cerisier, cerisier), ou parfois simplement Sakura, est une chanson populaire traditionnelle japonaise.

Elle fut composée pendant l'Ère Edo pour les enfants apprenant le koto. Les premières paroles attachées à cette musique furent « Éclosion des fleurs de cerisier ». La chanson est devenue populaire depuis l'Ère Meiji durant laquelle y furent attachées les paroles actuelles. Cette musique fut utilisée pendant de nombreuses années pour les publicités de la marque Obao.

 

Cerisiers 1

Cerisiers au pied du Château Himeji

 

Le koto

Le koto est un instrument de musique à cordes pincées utilisé en musique japonaise traditionnelle, notamment dans le kabuki et le bunraku. Originaire de Chine (gŭzhēng), il fut introduit au Japon entre le VIIe siècle et le VIIIe siècle et était joué principalement à la Cour impériale ; l'usage s'en est ensuite démocratisé.

Le koto est une longue cithare (en forme de dragon tapi), mesurant environ 1,80 m de long et comptant 13 cordes. La caisse est traditionnellement fabriquée en bois de paulownia évidé, et les hauts chevalets amovibles, en ivoire. Ses cordes sont en fil de soie que l'on pince avec des grattoirs en ivoire.
Le koto produit un son lyrique, comparable à celui d'une harpe, ce qui peut expliquer le terme souvent rencontré de « harpe japonaise ».

 

 

Kimono

Joueuse de koto

 

Un peu d'histoire

L'époque où est apparue Sakura Sakura: L'ére d'Edo ou période Tokugawa est la subdivision traditionnelle de l'histoire du Japon qui commence vers 1600, avec la prise de pouvoir de Ieyasu Tokugawa lors de la bataille de Sekigahara, et se termine vers 1868 avec la restauration Meiji. Elle est dominée par le shogunat Tokugawa dont Edo (ancien nom de Tōkyō) est la capitale.

Hiroshige man

Hiroshige man

L'ère Meiji où Sakura Sakura devint un chant populaire est la période historique du Japon entre 1868 et 1912. Initiée par la restauration de Meiji, elle est comprise entre l'ère Keiō (fin de l'époque Edo) et l'ère Taishō. Cette période symbolise la fin de la politique d'isolement volontaire appelée Sakoku et le début de politique de modernisation du Japon.

Le Japon de l’ère Meiji était en perpétuel état de crise, il recherchait un certain équilibre intérieur difficile à acquérir face à la complexité du monde extérieur et avait la nostalgie du temps passé, mais son désir de changement le pousse à se révolter contre son passé. Ce fut une lutte épique qu’il livra pendant des années de bouleversement social, politique et culturel. Il tira parti de cette « lutte » en rêvant et réalisant de grandes entreprises, des avancées dans les domaines de l’industrie, de l’économie, de l’agriculture et en matière d’échanges commerciaux.

 

  • L’ouverture du pays vers l’étranger
    Conséquences
     : l’ouverture du pays amena de nouvelles maladies comme le choléra, la dysenterie, la typhoïde ou encore la vérole. Les maladies, elles, vont créer une grande panique au sein de la population japonaise. Celle-ci va devenir très hostile aux étrangers.

    L’ouverture du Japon vers l’étranger montre la fin d’une protection, dont ils avaient pu bénéficier contre les épidémies.
  • L’abolition des privilèges
    Conséquences
     : les seigneurs doivent rendre leur domaine à l’empereur, les samouraïs se font interdire le port du sabre, et les clans militaires sont brisés.

    L’empereur gouverne en « souverain absolu ».
  • Une armée nationale
    Conséquences
     : une armée nationale est créée et le recrutement militaire est élargi.

    L’armée devient une armée de métier et n’est plus une armée basée sur des clans (castes) économiques.
  • Le développement des moyens de transport
    Conséquences
     : les moyens de transport, comme le train (chemin de fer), facilite le déplacement au sein même du pays. Ainsi, les populations rurales viennent plus facilement travailler dans les villes, où la demande de main-d'œuvre est importante.
  • L'éducation
    Conséquences
     : l’enseignement devient obligatoire. L’État crée des écoles publiques très rapidement.

    Grâce à l’enseignement et à une philosophie compétitive, une nouvelle forme d’élite apparaît.
  • Le statut personnel
    Conséquences
     : Pour la population, la « Restauration de Meiji » a permis une grande liberté dans la promotion sociale de l'individu. L'accès aux professions et aux carrières qui, auparavant, étaient réservées à certaines classes, fut facilité.
  • Le statut de la femme
    Conséquences
     : bien que le droit de vote n'ait été accordé aux femmes que bien plus tard lors de l'occupation du Japon en 1946, leur statut, qui au Japon n’était pas aussi contraint qu’ailleurs, s’est encore libéralisé.

 

Mutsuhito

Mutsuhito dernier empereur meiji

Sanctuaire

Sanctuaire Meiji

Rue

Rue de Tokyo vers 1905

Mine

Mine de charbon Mitsubishi vers 1912

Caricature

Partage de la Chine par les grandes puissances (1890)
(Caricature française)

220px japan drills boy scouts with rifles 1916 2

Enfants japonais s'entaînant au port d'armes (1916)

Hirohito ou Hiro-Hito , né le 29 avril 1901 à Tokyo et décédé le 7 janvier 1989 à Tokyo) est empereur du Japon du 25 décembre 1926 à sa mort. Le nom d'« Hirohito » n'est utilisé qu'en Occident, tandis qu'au Japon on le désigne depuis sa mort par son nom de règne, Shōwa Tennō , « empereur Shōwa »).
Fils de l'empereur Taishō et de l'impératrice Teimei, il est le 124e empereur selon la tradition shintō. Son règne, le plus long de l'histoire japonaise (62 ans), coïncide exactement avec l'ère Shōwa d'où il tire son nom posthume.
L'empereur Shōwa est l'un des personnages majeurs de la Seconde Guerre mondiale. La question de sa responsabilité personnelle dans les activités militaires et les crimes de guerre du Japon en Asie avant puis durant la Seconde Guerre mondiale a eu une grande importance politique et fait l'objet de nombreux travaux historiques.

 

Hiro-Hito (Showa)

Couronnement en 1926

Université de Tokyo vers 1935

Hiro-Hito avec le général Mac Arthur

à la fin de la guerre 1945

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 05/04/2015