Canticorum Jubilo

Musique de Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
extrait de Josua (1748)

 Canticorum Jubilo Regi Magno psallite.
Canticorum Jubilo Regi Magno psallite.
Jam resultent musica, unda tellus sidera.
Canticorum Jubilo Regi Magno psallite.
Canticorum Jubilo Regi Magno psallite.
Personantes organis. Jubilate, plaudite.
Canticorum Jubilo Regi Magno psallite.

 

Chantez des cantiques joyeux pour le grand roi.

Que désormais retentisse la musique sur les ondes , la terre et les astres.

Faites sonner vos instruments. Criez votre joie. Applaudissez .

avec vos voix en numériques
tutti     

soprano   

alto      

tenor   

basse   

Georg Friedrich Haendel

Georges Friedrich Haendel, compositeur allemand, naturalisé anglais en 1726 (Halle 1685 - Londres 1759). (extraits du Larousse de la Musique et Wikipedia)
Son nom peut se trouver sous plusieurs graphies : en allemand, Händel peut aussi s'écrire Haendel (orthographe souvent préférée en français) et, après son installation en Angleterre, lui-même l'écrivait sans tréma : Handel, qui est la manière retenue par les anglophones.
En résumé, Haendel personnifie, au côté de Bach, l'apogée de la musique baroque. Né et formé en Saxe, installé quelques mois à Hambourg avant un séjour initiatique et itinérant de trois ans en Italie, revenu brièvement à Hanovre avant de s'établir définitivement en Angleterre, il réalisa dans son œuvre une synthèse magistrale des traditions musicales de l'Allemagne, de l'Italie, de la France et de l'Angleterre.

Un parcours initiatique riche en rebondissements !
- Il montra très tôt des dons exceptionnels que seules sa mère et sa tante semblaient avoir devinés. Ayant décidé de faire de lui un juriste, son père, homme tenace et sévère, refusa que le duc de Saxe, vers 1694, puis le roi Frédéric 1er de Prusse, rencontré à Berlin en 1696, prissent soin de son éducation musicale.
 
- Il accepta toutefois de confier l'enfant à Zachow, remarquable musicien de Halle, qui lui enseigna fugue, contrepoint, composition, ainsi que la pratique de plusieurs instruments, clavecin, orgue, violon, hautbois, peut-être violoncelle. Sachow lui fit surtout découvrir les maîtres contemporains, allemands et italiens (Froberger, Kerll, Ebner, Alberti, Strungk, Kriegger.)
- Après avoir résilié son contrat d'organiste de la cathédrale de Halle (1702-1703), il fut au contact des milieux musicaux et cultivés de l'époque dans la ville de Hambourg où il se rendit et où il fut introduit par Mattheson notamment auprès du  consul d'Angleterre.
- Il tint également  l'orgue à la Cathédrale Sainte Marie Madeleine, et surtout à l'orchestre de l'Opéra, où, après avoir joué comme violoniste et claveciniste, il produisit peu après une "passion selon St Jean" récemment attribué à G. Böhm ou à Mattheson, puis son premier opéra "Almira", (8 janvier 1705) ; suivi de "Nero" (25 février 1705).
 
- Mécontent du l'échec de sa pièce et de la situation musicale à Hambourg, il se rendit, à Florence, puis à Rome, où il se lia à l'élite intellectuelle à l'Académia d'Arcadia. De cette période datent de nombreuses compositions religieuses ou profanes (une centaine d'admirables cantates italiennes).
 
- Il alla ensuite à Naples puis à Venise où il composa plusieurs œuvres, puis à Londres où il obtint un large triomphe ; il devint alors grâce à des oeuvres profanes qu'il écrivit, le compositeur officiel de la couronne. (1713) où il fondit une académie la "Royal Academy" chargée de monter des opéras. Après un bref retour à Hanovre, il revint en Angleterre où il fut naturalisé en 1726. 
 
- Dès lors la vie d'Haendel devint l'histoire de ses succès et de ses revers, de ses luttes pour imposer, moderniser, harmoniser l'opéra, en faire , parfois contre l'avis même du public, une oeuvre totale où la musique exprimait, dans un langage d'une exceptionnelle force évocatrice, le drame vécu par des personnages d'exception, placés dans des situations d'exception...
 

  Pendant plus de trente-cinq ans, il se consacra pour l'essentiel à l'opéra en italien (plus de 40 partitions d'opera seria), avant d'inventer et promouvoir l'oratorio en anglais dont il est un des maîtres incontestés 

 

 250px haendel

Georg Friedrich Haendel

Maison

La maison natale de Haendel à Halle

Le

Haendel jeune au piano

220px london kings theatre haymarket
Le théâtre Royal de Hay Market à Londres où les opéras de Haendel furent souvent joués.

 

 

170px london handel house

La maison de Haendel à Londres au 25 Brook Street

170px hendelmus

Statue de Haendel par J.J Salmon commandée par Charles Garnier pour l'opéra de Paris (actuellement à la Piscine à Roubaix)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/11/2017