Ma Liberté

Chanson  culte de Georges Moustaki , interprétée et enregistrée en 1967 par Serge Reggiani... Moustaki l'interprète dans son album Bobino 70, enregistré en public à Bobino ! Pour nous, un arrangement à trois voix !

Ma liberte,Longtemps je t'ai gardée Comme une perle rare
Ma liberté C'est toi qui m'as aidé  A larguer les amarres
Pour aller n'importe où   Pour aller jusqu'au bout
Des chemins de fortune  Pour cueillir en rêvant
Une rose des vents   Sur un rayon de lune

Ma liberté Devant tes volontés  Mon âme était soumise
Ma liberté Je t'avais tout donné Ma dernière chemise
Et combien j'ai souffert Pour pouvoir satisfaire
Tes moindres exigences J'ai changé de pays
J'ai perdu mes amis Pour gagner ta confiance

Ma liberté Tu as su désarmer Toutes mes habitudes
Ma liberté Toi qui m'as fait aimer Même la solitude
Toi qui m'as fait sourire  Quand je voyais finir
Une belle aventure Toi qui m'as protégé 
Quand j'allais me cacher Pour soigner mes blessures

Ma liberté Pourtant je t'ai quittée Une nuit de décembre
J'ai déserté les chemins écartés Que nous suivions ensemble
Lorsque sans me méfier Les pieds et poings liés
Je me suis laissé faire Et je t'ai trahie pour
Une prison d'amour Et sa belle geôlière

  
Et je t'ai trahie pour Une prison d'amour Et sa belle geôlière

Tutti:

Lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /
Ma li-ber-té, /Pour al-ler  n'im-porte /où, pour al-ler jus-qu'au /bout des che-mins de for-/tu-ne, /pour cueil-lir en rê-/vant u-ne ro-se des /vents sur un ra-yon de /lu-ne /Lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /
Ma li-ber-té. /et com-bien  j'ai souf-/fert pour pou-voir sa-tis-/faire tou-tes tes e-xi-/gen-ces. /j'ai chan-gé de pa-/ys, j'ai per-du mes a-/mis pour ga-gner ta con-/fian-ce. /Lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /
Ma li-ber-té, /toi qui m'as  fait sou-/rire quand je vo-yais fi-/nir u-ne belle a-ven-/tu-re, /toi qui m'as pro-té-/gé quand j'al-lais me ca-/cher pour soi-gner mes bles-/su-res /Lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /
Ma li-ber-té. /Lors-que sans  me mé-/fier les pieds et poings li-/és je me suis lais-sé /fai-re /et je t'ai tra-hie /pour u-ne pri-son d'a-/mour et sa bel-le geo-/liè-re. ///Lou /ou /ou //Ma li-ber-té / /

Soprano:

 

Ma li-ber-té, long-/temps je t'ai gar-dée /comme u-ne per-le /ra-re, /ma li-ber-té, c'est /toi qui m'a ai-dé /à lar-guer  les a-/mar-res. /
Pour al-ler  n'im-porte /où, pour al-ler jus-qu'au /bout des che-mins de for-/tu-ne, /la la la /la la la /la la la /
Ma li-ber-té. /Ma li-ber-té, de-/vant tes vo-lon-tés /mon âme é-tait sou-/mi-se, /ma li-ber-té, je /t'a-vais tout don-né /ma der-niè--re che-/mi-se. /et com-bien  j'ai souf-/fert pour pou-voir sa-tis-/faire tou-tes tes e-xi-/gen-ces /la la la /la la la /la la la /
Ma li-ber-té. /Ma li-ber-té, tu /as su dé-sar-mer /mes moin-dres ha-bi-/tu-des, /ma li-ber-té, toi /qui m'as fait ai-mer /mê-me ma  so-li-/tu-de. /toi qui m'as  fait sou-/rire quand je vo-yais fi-/nir u-ne belle a-ven-/tu-re. /la la la /la la la /la la la /
Ma li-ber-té. /Ma li-ber-té, pour-/tant je t'ai quit-tée /u-ne nuit de dé-/cem-bre, /j'ai dé-ser-té les /che-mins é-car-tés /que nous sui--vions en-/sem-ble. /
Lors-que sans  me mé-/fier les pieds et poings li-/és je me suis lais-sé /fai-re /la la la /la la la /la la la /
Ma li-ber-té. ///Lou /ou /ou //
Ma li-ber-té / /

Alto:

 

Lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /
Ma li-ber-té, /Pour al-ler  n'im-porte /où, pour al-ler jus-qu'au /bout des che-mins de for-/tu-ne, /la la la /la la la /la la la /
Ma li-ber-té. /Lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /
Ma li-ber-té. /et com-bien  j'ai souf-/fert pour pou-voir sa-tis-/faire tou-tes tes e-xi-/gen-ces /la la la /la la la /la la la /
Ma li-ber-té. /Lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /
Ma li-ber-té. /toi qui m'as  fait sou-/rire quand je vo-yais fi-/nir u-ne belle a-ven-/tu-re. /la la la /la la la /la la la /
Ma li-ber-té. /Lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /lou lou lou /
Ma li-ber-té. /Lors-que sans  me mé-/fier les pieds et poings li-/és je me suis lais-sé /fai-re /la la la /la la la /la la la /
Ma li-ber-té ///et je t'ai tra-hie /pour un' pri-son d'a-/mour /et sa bel-le geo-/liè-re. / /

Homme:

 

 

 

Georges Moustaki

Né en Égypte, de parents grecs de religion juive, romaniotes et de langue italienne, originaires de l'île de Corfou, il grandit dans un environnement multiculturel (juifgrecturcitalienarabefrançais) et se passionne vite pour la littérature et la chanson française.  Il s’appelait Georges, ce qu’il a laissé faire par admiration pour Brassens, il symbolise par cette simple succession de prénoms l’univers méditerranéen ».

Georges vient en 1951 à Paris où il s'installe chez Marcelle et son époux le poète Jean-Pierre Rosnay, lui aussi libraire et pour qui il fait du porte-à-porte en vendant des livres de poésie.

Il exerce par la suite la profession de journaliste, puis de barman dans un piano-bar, ce qui l'amène à fréquenter des personnalités du monde musical de l'époque, notamment dans le haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle parisienne, le quartier Saint-Germain-des-Prés.

Il entend ainsi Georges Brassens se produire un soir ; c'est pour lui une révélation : il n'aura de cesse par la suite de faire référence à ce maître, allant jusqu'à adopter son prénom en guise de pseudonyme. Ils s'entendent très bien, et Brassens lui prodigue des conseils.

                                                                                                               

                                                                                                             Georges Moustaki en 1961.

En 1958, le guitariste Henri Crolla lui présente Édith Piaf, pour laquelle il écrit quelque temps plus tard une de ses chansons les plus connues, Milord, et avec qui il connaîtra une courte et fougueuse liaison d'un an ; c'est lui qui présente Georges Brassens à Édith Piaf, quelque peu hermétique aux chanteurs solistes, qui s'accompagnent à la guitare, dits « rive gauche ». Elle incite Moustaki à sortir de ce mouvement.

Tout au long des années 1960, Moustaki se positionne comme un compositeur et parolier pour les grands noms de la chanson française comme Yves MontandBarbara et Serge Reggiani, avec qui il se lie d'amitié. Sa différence d'âge avec Piaf lui inspire Sarah, qui sera tout d'abord interprétée par Reggiani, avant que lui-même ne l'enregistre à son tour avec son aval[réf. nécessaire].

Il crée alors des chansons qui resteront parmi ses plus grands succès : Ma solitude, Joseph et Ma liberté ou encore La Longue Dame brune, qu'il interprète alors en duo avec Barbara. Sa devise, tirée d'un écrit d'Antoine Blondin11 est « l'homme descend du songe ».

En 1968, artiste engagé au moment des événements de Mai 68, il écrit, compose et interprète Le Métèqueballade romantique qui parle d'un étranger un peu éthéré, doux rêveur, sans attache. C'est un grand succès international, qui marque un nouveau début de sa carrière d'artiste. En janvier 1970, il fait son premier grand concert en vedette à Bobino. On découvre alors un artiste qui privilégie une ambiance chaleureuse, de proximité avec son public.

Georges Moustaki à la guitare en 1974.

En 1973, son album Déclaration, prend ses racines dans la musique populaire brésilienne (MPB). On y trouve la chanson Les Eaux de mars, traduite de la chanson Águas de Março paroles de Vinícius de Moraes sur une musique du fameux compositeur, Antônio Carlos Jobim. Il est aussi proche des mouvements trotskistes comme le montre sa chanson Sans la nommer où il personnifie la révolution permanente, une des théories principales de Trotski. Pendant les trois décennies suivantes, il parcourt le monde pour se produire, mais surtout trouver de nouvelles inspirations ; il écrit entre autres La Vieillesse à 50 ans.

Le 8 janvier 2009, Georges Moustaki monte sur scène, à Barcelone, et explique au public que ses problèmes respiratoires ne lui permettent pas d'assurer le concert13. Le 14 octobre 2011, le chanteur annonce à la presse qu'il est définitivement incapable de chanter.

Grand amateur de la guitare, son instrument de prédilection, auquel il rend hommage dans plusieurs de ses chansons, il avait noué des liens d'amitié avec le guitariste virtuose Alexandre Lagoya, comme lui né à Alexandrie, et d'origine familiale gréco-italienne.

 

   

                                                                                                        Au théâtre du Rond-Point en décembre 2005.

                                                                             Au théâtre du Rond-Point en décembre 2005.

En septembre 2008, avant l'un de ses derniers concerts.

En septembre 2008, avant l'un de ses derniers concerts.

Tombe au Père-Lachaise.

Il meurt le 23 mai 2013 à Nice des suites d'une maladie pulmonaire, un emphysème. Il était hospitalisé à la clinique Maison du Mineur à Vence (Alpes-Maritimes).

Il est inhumé dans l'après-midi du lundi 27 mai 2013 dans un caveau provisoire au cimetière parisien du Père-Lachaise avant d'y être transféré dans sa sépulture définitive (95e division).

Georges Moustaki a une fille, Pia, née en 1954 de son union avec Annick Cozannec, surnommée « Yannick », femme de cinq ans son aînée, la seule qu'il ait épousée, lorsqu'il avait vingt ans. Il mentionne brièvement l'existence de son enfant dans sa chanson Il est trop tard.

Il a eu une liaison avec l'actrice Jeanne Moreau.

Dans les années 1970, il a eu pour compagne Catherine Le Forestier, la sœur de Maxime, avec qui il a chanté en duo.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 08/10/2022