Saltimbanques

 

Dans la plaine les baladins
S’éloignent au long des jardins
Devant l’huis des auberges grises
Par les villages sans églises.

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe.

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours, des cerceaux dorés
L’ours et le singe, animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage.

Guillaume Apollinaire, Alcools

 

Un saltimbanque est un artiste du spectacle de rue (spectacle vivant). Il fait toutes sortes de tours et joue de l'étonnement pour amuser le public dans les foires. Les troupes d'artistes se produisaient de ville en ville sous l'Ancien Régime. Les prestations étaient diverses, du montreur d'ours aux dramaturges itinérants qui allaient donner à la littérature française ses lettres de noblesse (confer la vie de Molière).

Origine du mot

Le mot saltimbanque est attesté en français depuis au moins le XVIIe siècle et provient de trois mots italiens : saltare in banco, sauter sur une estrade. Cette dénomination, qui s'appliqua d'abord aux acrobates, s'étendit ensuite aux bateleurs ou faiseurs de tours de force, et enfin, par assimilation, à tous ceux qui abusaient de la crédulité publique en usant de tours de magie.

Voix numériques:

tutti     soprano   alto    tenor     basse 

Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire est un poète et écrivain français, né sujet polonais de l'Empire russe. D'après sa fiche militaire, il est né le 25 août 1880 à Rome et mort pour la France le 9 novembre 1918 à Paris.

Il est considéré comme l'un des poètes français les plus importants du début du XXème siècle, auteur de poèmes tels que Zone , la Chanson du mal-aimé, Mai ou encore, ayant fait l'objet de plusieurs adaptations en chanson au cours du siècle,Le Pont Mirabeau. Son œuvre érotique (dont principalement un roman et de nombreux poèmes) est également passée à la postérité. Il expérimenta un temps la pratique du calligramme (terme de son invention, quoiqu'il ne soit pas l'inventeur du genre lui-même, désignant des poèmes écrits en forme de dessins et non de forme classique en vers et strophes). Il fut le chantre de nombreuses avant-gardes artistiques de son temps, notamment du cubisme à la gestation duquel il participa, et poète et théoricien de l'Esprit nouveau, et sans doute un précurseur majeur du surréalisme dont il a forgé le nom.

 

 

Guillaume et jacqueline apollinaire 1918 sur la terrasse du 202 bd sg mai juin 1918
Avec Jacqueline, son épouse, au 202 Boulevard Saint-Germain (mai-juin 1918)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guillaume Apollinaire est né à Rome sous le nom de Guglielmo Alberto Wladimiro Alessandro Apollinare de Kostrowitzky, en polonais Wilhelm Albert Włodzimierz Aleksander Apolinary Kostrowicki. Apollinaire est en réalité — jusqu'à sa naturalisation en 1916 — le 5e prénom de Guillaume Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky.

Il tente de s'engager dans l'armée française en août 1914, mais le conseil de révision ajourne sa demande car il n'a pas la nationalité française. Sa seconde demande en décembre 1914 est acceptée, ce qui lance sa procédure de naturalisation.

 

 

 

 


Portrait de g apollinaire

Apollinaire et marie laurencin la muse inspirant le poete d henri rousseau

Guillaume Apollinaire et Marie Laurencin
par Henri Rousseau

 

 

Guillaume apollinaire alcools
Alcools
Recueil de poèmes paru en 1913

Apollinaire le pont mirabeau
Le Pont Mirabeau
Ce poème est le 2ème  de "Alcools" écrit après sa rupture avec le peintre Marie Laurencin. C'est l'un des textes les plus célèbres de Apollinaire, souvent mis en chanson...

 

Guillaume apollinaire calligramme

Images

Calligrammes de Guillaume Apollinaire

Transféré à sa demande en novembre 1915 au 96e régiment d'infanterie avec le grade de sous-lieutenant dans le but de devenir officier, il est naturalisé français le 9 mars 1916 sous le nom de Guillaume Apollinaire. Le sous-lieutenant Apollinaire est blessé à la tempe par un éclat d'obus le 17 mars 1916 dans sa tranchée. Évacué à Paris, il est trépané le 10 mai 1916.

 

           Guillaume apollinaire pere lachaise   

Guillaume apollinaire en 1916
Guillaume Apollinaire en 1916

Affaibli par sa blessure, Guillaume Apollinaire meurt chez lui au n°202 du boulevard Saint-Germain le 9 novembre 1918de la grippe espagnole, « grippe intestinale compliquée de congestion pulmonaire » ainsi que l'écrit Paul Léautaud dans son journal du 11 novembre 1918. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 16/01/2016